mis à jour / updated :

La "Postale de Nuit" FOKKER 27   contact  index  Ce reportage est un chef-d'œuvre   LA POSTALE DE NUIT EN 1960    Bon Noël 1995   
Copie mise en ligne par Othningirard , mars 2011 avec l'aimable autorisation de l'auteur de Pégase,
Bernard Chabbert commentant le meeting aérien de La Ferté-Alais

-Extrait (10 mn) de PEGASE du 22 décembre 1995
...l'intimité d'un poste de pilotage...
...entraînement à l'approche postale....
...un aller-retour, PAU-LYON...



APPROCHE POSTALE RÉELLE


contact  index


KORBAKKOUAKHEUREUX à la vue de cette vidéo écrit:
Ce reportage est un chef-d'œuvre . Il a su capter très exactement l'ambiance de "LA POSTALE"
Cela n'est pas étonnant de la part de Bernard CHABBERT,  le CHANTRE de l'aéronautique sous toutes ses formes. 
C'est un document pour l'histoire !!! 
Henri EISENBEIS , le Commandant, nous étions ensemble Copilote ... Le 14 février 1970 , FRANCK nous félicitait à notre tour en nous souhaitant: à mon collègue LAMBERT et moi-même.... "BIENVENUE A LA POSTALE"...un 14 février... 
De là à imaginer qu'entre la compagnie et Mézigue, c'est une "histoire d'Amour"...   
Nous avions parcouru tout le réseau postal et pris le rythme de vie décalée indispensable. Nous avons frôlé l'accident, au retour de STRASBOURG, sur les VOSGES... 
Mon binôme était aux commandes, lorsque, assis en cabine, j'ai entendu les deux turbines s'arrêter ensemble...  IL givrait très fort et périodiquement le dégivrage hélice lançait des paquets de glace frappant bruyamment le fuselage...  AU COCKPIT flashaient les deux voyants de mise en drapeau automatique !!! 
Normalement cette situation était impossible. L'hélice en drapeau interdisait que l'autre s'y mette.  En fait les anneaux d'aspiration d'air entre le cône d'hélice et la turbine se sont simultanément givrés. L'OMN a immédiatement mis le dégivrage des entrées d'air.  La glace s'est détachée exactement, à la milliseconde prés, de chacune des entrées d'air et a éteint les deux turbines...   LES DEUX HÉLICES PERDANT LEUR "TORQUE" en parfaite synchronisation,  voulurent passer, ensemble, en drapeau...  S'INTERDISANT MUTUELLEMENT D'Y PASSER !!!  ET INTERDISANT, DU MÊME COUP, DE RALLUMER L'UN OU L'AUTRE DES MOTEURS....  DUPONT, l'instructeur, m'ordonna  d'aller me caler tout à l'arrière de la cabine, au bout de la  file des sacs postaux... POUR QU'IL Y EN EST AU MOINS UN QUI S'EN SORTE !!!  L'OMN a su rapidement réagir, il a  réussi à  mettre une hélice en drapeau manuellement,  en se débarrassant de l'automatisme, et rallumer l'autre turbine alors en moulinet !!!  Nous sommes restés quelques minutes pendu à un seul turbopropulseur,  l'autre rechignant à se rallumer ....  Finalement  tout  est rentré dans l'ordre . 
LE LUXE D'AVOIR UN MÉCANICIEN NAVIGANT A SAUVÉ UN FOKKER CETTE NUIT-LÁ !!!  Le F 27 était certifié à deux pilotes seulement... Dans les bureaux , il était de bon ton de penser que la présence de l'OM était un luxe superflu.  Dommage que cette nuit-là, l'avion ne fut  pas rempli par  ces bureaucrates...
Ne parvenant pas à se comprendre avec mon instructeur sur F 27, un jour je partais "droit dans le mur".... 
L'on m'a affecté à la crème des instructeurs, Monsieur  KRINBARG.  Avec lui, il était impossible de mal faire et il semblait qu'on lui aurait vraiment fait de la peine.  AVEC LUI, TOUT PARAISSAIT FACILE ET SIMPLE,  "il n'y à aucune raison que cela ne marche pas" 
Fort de cette appréciation, je terminais ma formation  et passais, avec succès, le contrôle  final sur ORLY-POITIER-BORDEAUX-TOULOUSE-PAU et retour...le 14 FEVRIER 1970. 
J'ETAIS PILOTE DE LIGNE A LA POSTALE DE NUIT




 


ILS NE VOLENT QUE LA NUIT...


Mise en ligne le 18 avril 2011

contact  index
LA POSTALE DE NUIT EN 1960










 ===>
Noël 1995